11 octobre 2007

le grain de sable

J’ai mal au monde comme j’ai mal aux pieds. Ca finit toujours par passer. C’est pas bien grave après tout, tant qu’on peut encore marcher. C’est pas bien grave mais ça m’embête, pas pratique de boiter du monde. J’ai mal au monde, faut faire avec. Est-ce qu’on change de pieds ? Non. On ne change pas non plus de monde, pas encore. On essaie de s’y installer un peu mieux, de ne pas trop y penser.

Le mal au monde, c’est le petit gravier qui s’immisce dans la chaussure, qui s’installe dans le tendre du pied et s’y enfonce voluptueusement. Alors agacé, vous enlevez rageusement votre chaussure pour la frapper contre un tronc d’arbre afin que tombe ce petit monde qui vous fait mal.

Trois pas plus loin, vous avez déjà oublié et songez à vous offrir une nouvelle paire de tongues.

C’est un peu ça le mal au monde, des fois ça lance, puis on l’oublie.

P1120763

Posté par petralalla à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur le grain de sable

Nouveau commentaire